On termine notre saison de camping 2020

Bon matin à tous. En date du 25 octobre dernier, nous avons terminé notre saison de camping pour cette année. Une année qui, nous devons l’admettre, a été riche en changements.

Pour commencer, comme plusieurs, nous avons été dans l’obligation d’annuler plusieurs plans que nous avions du côté américain avec la fermeture des frontières dues à la pandémie du COVID-19.

Nous en avons profité pour faire quelques découvertes de camping en Ontario ainsi qu’au Québec. Nous en avons profité également pour améliorer notre espace de vie à la maison et finalement pour procéder au changement de notre véhicule ainsi que notre roulotte. Quand on parle de changement, on parle de gros changement.

Nous avons débuté notre saison de camping avec notre visite annuelle au Domaine du Lac Cristal situé à St-Rosaire près de Victoriaville. C’était en principe le weekend de l’Halloween du Campeur, mais l’événement a été annulé avec les restrictions de la pandémie.

Par la suite, nous avons fait un petit weekend près d’Ottawa sur un tout petit camping nommé Hither Hils situé à Gloucester. Personnellement, nous ne pouvons pas vraiment recommander ce camping. Il est principalement utilisé par des travailleurs et leurs familles qui partent très tôt le matin. Il n’y a pas beaucoup de service de disponible, à part un bloc sanitaire ainsi qu’une piscine.

Nous avons été également à Niagara Falls au KOA situé non loin des chutes. Un camping avec plusieurs services, bien que limité à cause de la pandémie. Un petit parc à chien est disponible pour vos toutous. Les emplacements sont bien et très propres.

Sur notre chemin du retour, nous avons fait un arrêt à Sandbanks. Une petite trouvaille de ma conjointe qui a été en mesure de dénicher un terrain de disponible au camping Qunite’s Isle Campark. Nous ne pouvons faire autrement que de recommander cet endroit. Il est situé non loin de la ville de Picton et  seulement quelques minutes des plages du parc provincial de Sandbanks. Les services sont nombreux, les employés serviables, les emplacements sont propres. Il y a plusieurs sections selon vos besoins.

À la mi-août, nous avons eu notre weekend entre amis au camping Baie des Sables à Mégantic. Un bien beau camping, des emplacements nombreux, une jolie plage avec un grand stationnement si vous y allez avec votre véhicule.

Le weekend suivant, nous avons découvert le camping Les Cèdres situé à Saint-Jean-sur-Richelieu. Un très grand camping, avec une quantité de service complet. Il est situé à quelques minutes de tout (magasins, boutiques, épiceries, etc.).

Pour le weekend et la semaine de la fête du Travail, nous en avons profité pour retourner au camping Quinte’s Isle Campark à Sandbanks. Je crois que c’est une bonne preuve que nous aimons l’endroit. Nous en avons profité pour découvrir plus en profondeur les différentes sections du camping, donc un endroit nommé Pebble Beach East qui donne sur une plage rocailleuse. Cette section comporte plusieurs terrains de type voyageur. Par contre, le vent est assez présent.

Au début octobre, nous avons découvert un camping non loin de la maison nommé Lac du Repos situé à Saint-Jean-Baptiste. Il fait partie du regroupement Parkbridge. Nous avons cru à tort que l’endroit serait à notre goût. C’est le contraire que nous avons découvert. C’est principalement des saisonniers, le règlement pour les chiens est des plus restrictif. Nous devons garder notre chien sur notre terrain. Il est interdit de marcher avec lui dans les rues du camping sauf dans nos bras, en poussette ou bien en voiturette de golf. Pour nous, ceci est totalement ridicule. De plus, le site ressemble à un stationnement de roulotte.

Pour terminer notre saison, nous avons passé une semaine au Camping Vacances Bromont situé à Bromont tout près de la sortie de l’autoroute 10. C’est un grand camping, des services nombreux, un parc de jeux d’eau incroyable, plusieurs piscines chauffées, et une limite de vitesse de 8km/h qui se doit d’être respectée. Nous avons eu la chance de connaître plusieurs saisonniers qui terminaient également leurs saisons de camping. Nous avons tellement aimé l’endroit, que nous avons déjà réservé pour 49 nuits sur leur forfait de présaison du 30 avril au 18 juin 2021.

Finalement, nous avons bien profité de notre saison malgré la pandémie du COVID-19.

Acheter local oui, mais à quel prix

En cette difficile période de pandémie de la COVID-19, d’isolement social ou de distanciation sociale (peu importe le terme) et bien qu’il y a un début de déconfinement, un mouvement d’achat local est de plus en plus présent.

Le gouvernement québécois a lancé il y a quelques semaines le programme du panier bleu qui demande de faire une majorité de nos achats chez des marchands du Québec. Ce qui est bien correct.

Il y a un autre mouvement de plus en plus populaire depuis plusieurs mois qui est de pousser les gens à acheter local afin de promouvoir et faire vivre les petits commerçants de notre quartier, ville ou région… Mais avouons-le, c’est surtout notre ville.

Le but est de faire front commun contre les achats en ligne sur les grandes plateformes internet telles qu’Amazon, Etsy, etc., et d’essayer de faire mal aux grosses corporations. Le principe est bien beau et a un bon fond. Mais à quel prix ?

Mon argent c’est moi qui le gagne avec mon travail. Je n’ai rien contre acheter ce que j’ai besoin de marchants locaux, mais à condition de ne pas payer plus cher. À marchandise égale, prix égal ! Il ne faut pas oublier que certains marchands de votre ville sont accessibles sur les grosses plateformes comme Amazon et Etsy.

De plus, qu’est-ce qui définit une grosse corporation ? Est-ce qu’il faut tout comparer à quelque chose comme Walmart ? Ou bien des chaines alimentaires comme IGA, Métro, Sobeys, etc. ?

Selon moi, et c’est simplement mon opinion, faites vos recherches de ce que vous désirez acheter, et par la suite allez-y selon votre cœur.

Personnellement, j’achète régulièrement chez BMR, Norac SPAS, BBQ Québec, IGA et Métro. Tout comme sur Amazon et d’autres endroits sur internet.

Les rencontres virtuelles pour contrer l’isolement social

En cette période d’isolation sociale obligatoire afin d’aplanir cette fameuse courbe de transmission du COVID-19, il est difficile pour tout un chacun de rester enfermé sans voir ceux qu’on aime.

Alors, pourquoi ne pas profiter de la technologie afin de pouvoir rencontrer les gens ? L’une de nos amies a eu la brillante idée d’organiser un 5 à 7 via l’application Messenger de Facebook. Il y a bien d’autres applications sur le même principe qui peuvent faire le travail, pourvu que vos interlocuteurs utilisent également la même application (Skype, Whatsapp, etc.).

Donc, revenons à notre rencontre d’hier soir. Au lieu d’un 5 à 7, ç’a été plutôt un 7 à 8h30 (en soirée) afin d’avoir le maximum de nos amis sur cet appel.

Est-ce que ça sera notre seule rencontre ? J’en doute. Est-ce que la formule risque de changer un peu ? Probablement. On verra.

Sur ce, ouvrez votre application et appelez vos parents et amis.

COVID-19, Toux de Chenil et Isolement Social

Trois termes qui nous affectent tous dans une certaine mesure. Qu’y a-t-il de commun entre le coronavirus et la toux de chenil ? C’est l’isolement social. Dans le premier, c’est nous, les êtres humains et dans le second, ce sont nos fidèles chiens.

Notre Mademoiselle Lili est affectée par la toux de chenil depuis un peu plus de 2 jours. Par chance, elle n’a pas tous les symptômes et est très peu affectée par cette maladie très contagieuse entre les chiens. Elle l’a attrapée lors de sa dernière visite au parc à chien de Chambly. Nous avons cru, à tort, que la période de quarantaines au parc était passée. Mais non, elle l’a attrapée.

Pour ce qui est du COVID-19, ce virus qui a créé une pandémie au niveau planétaire, nous en sommes épargnés pour l’instant. Nous avons, Karol et moi, la chance de pouvoir travailler de la maison. Et de ce fait, nous effectuons dans une certaine mesure une forme d’isolement social. Oui, nous sortons à l’extérieur pour prendre l’air, discuter avec nos voisins et faire l’épicerie. Mais le tout en gardant une certaine distance sécuritaire ainsi quand suivant les normes sanitaires. C’est une question de gros bon sens !

Disons que nous suivons les développements pour le coronavirus ainsi que l’évolution de la toux de chenil. Nous allons voir dans les prochains jours si les symptômes pour Lili augmentent. Si c’est le cas, nous irons voir le vétérinaire.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑